2 photos au hasard

Archives

Archives

Hommage à Bill Keith

Bill Keith Courville France

Un témoignage de Jean-Marie Redon.

Bill Keith était un génie musical. Il n’est pas exagéré de dire que les trois piliers du banjo moderne sont : Earl Scruggs, Don Reno et Bill Keith. Tous les autres banjoïstes, s’ils ont apporté leur propre style et innovations se sont reposés sur les techniques inventées par ces trois musiciens. Il se peut que nombre d’entre nous, surtout en Europe, les plus jeunes sans doute, ne mesurent pas le réel impact qu’a eu Bill sur la musique de banjo de notre époque. Bill venait souvent en Europe, il se comportait de manière simple et amicale et il était souvent disponible. On peut aisément croire que quelqu’un d’aussi proche et amical ne peut pas être un musicien exceptionnel mais seulement un excellent joueur de banjo.

Comment j’ai rencontré la musique de Bill.
Alors que j’étais un apprenti banjoïste et que je commençais tout juste à comprendre la musique de Scruggs, j’ai découvert un disque qui à son époque a été une borne dans la musique Bluegrass : Red Allen, Frank Wakefield and the Kentuckians. Dans cet album il y avait deux banjoïstes. L’un d’eux était Bill Keith. Et là, je n’en ai pas cru mes oreilles. Ce son était entièrement nouveau. Il m’était absolument impossible d’imaginer comment on pouvait jouer comme cela. Les deux breaks de banjo sur l’instrumental de mandoline de Frank Wakefield New Campton Races restent encore pour moi aujourd’hui la musique de banjo bluegrass la plus élaborée.

Comment j’ai rencontré Bill.
Alors qu’il se trouvait dans un Folk Club parisien, (le T.M.S. début des années 70.) Eric Kristy, guitariste avec lequel je jouais dans le groupe « Bluegrass Connection » a rencontré un banjoïste américain. Il discute avec lui et tape le bœuf. Dans la discussion Eric tente de décrire à ce banjoïste (Bill) ce que sont les Scruggs/Keith pegs. Et la réponse est : « je sais, c’est moi qui les ai inventées avec un copain ». Le soir même Eric frappait à ma porte pour me demander ce que je dirais s’il invitait Bill Keith à diner chez moi ? Je ne l’ai pas pris au sérieux et un quart d’heure plus tard il passait ma porte en compagnie de Bill. Par la suite Bill est venu souvent en France et il tournait en Europe avec des musiciens français.

La méthode de banjo Keith, Redon.

Plusieurs années plus tard, j’ai eu l’opportunité d’accompagner le célèbre guitariste Marcel Dadi. Marcel avait écrit une méthode de guitare pour les éditions Warner/Chappel. Cette méthode remportait un succès commercial important. Profitant de ce contact et venant d’enregistrer mon premier album de banjo, je proposai à cet éditeur une méthode de banjo. Avec l’appui de Marcel Dadi le projet fut retenu. Alors que je commençais à travailler sur cette méthode, j’ai reçu la visite de Bill Keith qui m’a fait une proposition que je ne pouvais pas refuser. Ecrire ensemble cette méthode de banjo. Nous avons travaillé intensément et un mois plus tard la méthode était terminée. Avec la collaboration de Bill cette méthode est devenue bien sûr plus élaborée, surtout sur le chapitre « théorie musicale ». Mais cet ouvrage n’est pas une méthode sur la technique de Bill Keith, c’est seulement une méthode de banjo en français car c’était le besoin de l’époque. Ces derniers temps cette méthode a été traduite en anglais par les éditions Melbay.

Bill, s’il pouvait parfois avoir un caractère un peu difficile, était sincère en amitié. Il aimait le partage. Sans doute un peu timide il n’aimait pas être mis en avant et n’aimait pas les compliments. Nous avons été nombreux à rencontrer ce musicien exceptionnel et nous avons pensé de part son attitude qu’il était notre ami. Il laisse un grand vide dans notre univers mais il ne sera pas oublié tant que la musique de banjo existera.

Le Maître Earl Scruggs nous a quittés

Earl ScruggsEarl Scruggs† nous a quittés le mercredi 28 mars 2012. Avec lui disparaît celui qui a donné un sens à la vie de nombreux joueurs de banjo. Il était l’un des derniers vivants à avoir créé cette musique que nous aimons tant, le bluegrass.

Earl Eugene Scruggs (6 janvier 1924 – 28 mars 2012) est un musicien connu pour avoir introduit un nouveau jeu de banjo (appelé le Scruggs style) caractéristique de la musique bluegrass.
Earl Scruggs est né à Shelby, en Caroline du Nord. Il rejoint Bill Monroe et ses Blue Grass Boys en 1945 où son style syncopé, basé sur le picking à trois doigts, fait sensation. En 1948, il quitte le groupe de Bill Monroe avec Lester Flatt pour fonder le groupe des Foggy Mountain Boys. Ils gagnèrent un Grammy Award pour leur titre The Foggy Mountain Breakdown. En 1969, Flatt et Scruggs se séparent, et ce dernier crée de nouveau un groupe, The Earl Scruggs Revue, avec nombre de ses fils.
Scruggs fut introduit dans le Country Music Hall of Fame en 1985 et dans le International Bluegrass Music Hall of Honor en 1991. Le 13 février 2003, il reçut une étoile au Hollywood Walk of Fame. (Source wiki).

Son morceau « Foggy Mountain Breakdown » reste l’emblème du banjo 5 cordes. La version originale, enregistrée en 1948 et qui a servi de thème au film Bonny & Clyde, est un monument de la musique pour banjo.

En voici trois versions.

La première filmée avec Flatt & Scruggs & the Foggy Mountain Boys en 1965:

La deuxième en 1971 où une pléiade d’excellents banjoïstes ayant suivi son exemple lui offrent un hommage:

La troisième plus récente avec une brochette de grands musiciens de musiques country et bluegrass:

Il va nous manquer.


LE MAITRE EARL SCRUGGS NOUS A QUITTES
Source: ActionBanjo.fr